La Liberté

«Pour sa première, Balou a été très brave»

Balou était encadré par plusieurs employés du haras national lors du cortège. © Corine Aeberhard
Balou était encadré par plusieurs employés du haras national lors du cortège. © Corine Aeberhard
Partager cet article sur:
07.12.2019

Appelé à remplacer son aîné Babalou comme âne de la Saint-Nicolas, Balou a passé le test avec mention, samedi. Reportage dans un cortège agité

Adrien Schnarrenberger

Sur le balcon de sa cathédrale, Saint-Nicolas est en plein discours. Pendant que l’évêque de Myre captive l’attention de dizaines de milliers de curieux, l’heure est au soulagement chez Christophe Guerry, dans la rue adjacente.

Cette édition était particulière pour l’atteleur professionnel au Haras national d’Avenches: en plus de Babalou, fidèle âne de Saint-Nicolas, il avait pour mission de gérer la grande première de Balou, son futur successeur. «Le plus dur est fait et tout s’est bien passé», se félicite Christophe Guerry tandis que ses collègues bichonnent la (l’autre?) star du jour. 

Lire aussi » Quelque 30’000 personnes sont venues applaudir Saint-Nicolas

Une heure plus tôt, la tension était à son comble au moment de quitter le collège Saint-Michel. Si Babalou, fort de ses 17 éditions d’expérience, n’a pas vacillé lorsque Saint-Nicolas a pris place sur son dos, Balou avait, lui, tout à prouver.

«Attention, personne ne le touche et personne ne passe derrière lui!», s’active une employée du Haras national dans un stress visible. Si deux collaborateurs par âne ont été prévus, l’attention et la tension se cristallisent autour du plus jeune animal.

«C’est lui, le deuxième âne?»

«Je le sens bien, il a été préparé pour cela mais je reste mitigé: il suffit d’un petit élément pour déclencher un problème. Les sources potentielles sont multiples: un bruit soudain, une grille au sol ou même son ombre peuvent effrayer Balou. Les gens ne se rendent pas compte», explique l’atteleur. Plus question de reculer pour autant: le cortège s’ébranle dans un vacarme qui, pour l’instant, ne semble pas poser de problème à l’âne de 8 ans. 

Balou descend la rue Saint-Michel et malgré la pénombre, son pelage noir n’est pas totalement éclipsé par la mitre de Saint-Nicolas. «C’est lui, le deuxième âne?» «Regarde, il y a l’apprenti!»: bien aidé par la médiatisation autour de son statut, le jeune âne est star dans les rues de la capitale cantonale avant même d’avoir vu la cathédrale pour la première fois. 

«T’es brave, Balou», lui glisse affectueusement une accompagnante tandis que le successeur de Babalou s’apprête à négocier le virage devant Manor pour redescendre la rue de Romont. Mais les choses se compliquent: alors que le cortège est arrêté, un feu d’artifice est tiré non loin de Balou dans une lumière et un fracas qui couvrent les appels au biscôme des enfants. La légère tension de l’animal est, heureusement, vite maîtrisée. 

La deuxième partie du trajet se fait avec une foule plus compacte, mais aussi une confiance accrue dans les capacités de Balou de braver les éléments. «Bon, nous on tourne là, on va au Âne Drive», rigole l’un des «maîtres» de l’âne alors que celui-ci passe devant un fast-food, signe de décontraction dans l’entourage de l’animal. Même le tumulte des fifres, des tambours et de la musique, un motif de crainte, n’affectent pas Balou.

Acheté il y a deux ans

Au soulagement de tous, le scénario catastrophe – planifié – d’une panique de l’animal est bien loin de se réaliser. Ni les pavés de la rue de Romont ni l’étroitesse d’une rue de Lausanne prise d’assaut par la foule n’auront d’impact sur l’âne noir des Pyrénées, acheté il y a deux ans dans l’optique de seconder puis remplacer Babalou à Saint-Nicolas. Christophe Guerry peut être d’autant plus fier de «l’autre» âne du Haras (qui n’en compte plus que deux contre dix il y a quelques années) que Balou n’a pas pu bénéficier, comme son prédécesseur, d’un «échauffement» lors de comptoirs ou d’une soirée de la Landwehr, par exemple.

Avant de prendre congé comme Saint-Nicolas, Balou prend un dernier bain de foule: sa présence a été détectée par de nombreux enfants, qui semblent préférer le pelage noir de l’âne au discours de son futur acolyte. «Tout n’est pas encore gagné, il faudra encore lui apprendre à avoir quelqu’un sur son dos», avertit Christophe Guerry. La première leçon, en tout cas, a été passée avec mention. La légende dit même que l’âne a été récompensé d’un biscôme pour ses efforts, et qu’il a apprécié. 

» Notre portrait des deux ânes en vidéo:

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00