La Liberté

Béjart: le syndic répond aux critiques

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
11.06.2021

Lausanne L’affaire de l’école de danse et du ballet pose des questions de gouvernance.

Les critiques de la droite ont fusé mercredi soir au Conseil communal de Lausanne à propos du Béjart Ballet. Elles ont montré à quel point le mélange des genres fait problème.

L’école-atelier Rudra Béjart et le Béjart Ballet Lausanne (BBL), qui sont aujourd’hui l’objet de révélations fâcheuses, sont des institutions privées, mais très largement subventionnées par la ville (5,3 millions). Avec comme conséquence d’avoir le syndic Grégoire Junod (ps) qui doit s’expliquer pour la municipalité, tout en étant lui-même vice-président du Conseil de fondation Béjart Ballet Lausanne. Pas moins de cinq résolutions ont été adoptées.

Face à la critique sur l’imbrication des rôles, Grégoire Junod a affirmé que Lausanne avait raison d’avoir choisi d’agir différemment que le canton de Vaud et la Confédération. «Nous ne fuyons pas nos responsabilités, nous les assumons à la fois comme membres du

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00