La Liberté

Regards braqués sur les juges vaudois

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Une haie d’honneur attendait avocats et prévenus à l’entrée du tribunal, hier à Renens. © Keystone
Une haie d’honneur attendait avocats et prévenus à l’entrée du tribunal, hier à Renens. © Keystone
Partager cet article sur:
23.09.2020

Le procès en appel des activistes s’est ouvert hier. Le procureur général a fustigé le juge de 1re instance

Sophie Dupont

Climat » Avocats et prévenus s’avancent masqués en une longue file à l’entrée du Tribunal de Renens, applaudis par une haie d’honneur. Sur une cinquantaine de pancartes brandies sont affichés des articles mentionnant des catastrophes climatiques survenues depuis leur acquittement en 1re instance le 13 janvier.

Dans la salle, pas de public, à cause des mesures sanitaires. Les avocats des 12 activistes qui avaient mimé une partie de tennis dans une succursale de Credit Suisse demandent en vain la levée du huis clos partiel pour ce procès en appel. Cette fois, la banque est représentée par son directeur régional, Christian Steinmann et l’avocate lausannoise Miriam Mazou. Entre en scène également le Ministère public, auteur du recours.

Le procureur général Eric Cottier remet en cause l’état de nécess

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00