La Liberté

Une sociologie des girons de jeunesse

Qui dit Giron (ici celui de la Broye vaudoise en 2011) dit également compétitions sportives dans la franche rigolade. © Alain Wicht - archives
Qui dit Giron (ici celui de la Broye vaudoise en 2011) dit également compétitions sportives dans la franche rigolade. © Alain Wicht - archives
25.07.2018

Ces rencontres sont devenues des événements sportifs et sociaux d’envergure, avec leurs propres valeurs

Achille Karangwa

Jeunesses >>  Ils rythment chaque année les étés vaudois. Qui mentionne «giron» (1) – ou les Jeunesses campagnardes organisatrices – en pays de Vaud a droit à sa petite histoire alcoolisée ou à l’avis du citadin éclairé. Mais que vient-on y chercher au juste?

Alors que la faîtière des Jeunesses entre dans une année de jubilé, reportage au Giron du Centre qui s’est déroulé en fin de semaine dernière, et éclairage avec le sociologue Alexandre Dafflon. De mercredi à dimanche, la Jeunesse de Saint-Barthélemy organisait le Giron du Centre 2018 dans le village du tennisman Stanislas Wawrinka.

Pour son premier giron depuis 2005, Saint-Barth’ a été ambitieux: tournois sportifs (256 équipes de volley, traditionnel tir à la corde, etc.), tyrolienne de plus de 2

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00