La Liberté

Régir l’économie? Surtout pas!

Partager cet article sur:
22.04.2020

Prononcer des interdictions est plus facile que de les lever à nouveau. Le Conseil fédéral a évidemment eu du mal à définir les premières étapes de la stratégie de sortie. Si une partie des branches, comme les coiffeurs, respirent profondément, les autres commerces doivent attendre le 11 mai.

Le Conseil fédéral a sans doute peur que trop de magasins ouverts relancent trop vite la vie sociale et que les rues de nos villages et villes soient enfin remplies de vie. Il n’y a pas d’autre moyen de l’expliquer, car la grande majorité des entreprises pourraient à nouveau servir les clients et, sous leur propre responsabilité, protéger les employés et les clients en respectant les règles d’hygiène et de distance.

Nos restaurants, bars et hôtels ne sont même pas fixés sur leur sort: pas de calendrier, pas de perspectives, pas d’espoir. GastroSuisse a soumis un concept pour un redémarrage au Conseil fédéral, mais il est manifestement tombé dans l’oreille d’un sourd. Une branche extrêmement importante, y compris dans notre canton, subira de graves dommages avec ce calendrier indéfini. Le tourisme et la société dans son ensemble sont également touchés par cette non-activité.

Après le 27 avril, le Conseil fédéral doit clairement montrer à la gastronomie comment et quand il veut lui redonner une perspective, même si ça restera une tâche difficile. Il doit tout simplement fixer les règles et non pas vouloir gérer l’économie.

Bruno Boschung, député PDC,

Wünnewil-Flamatt

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00