La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

«Je me suis forcée un peu à venir»

Loin de sa meilleure forme, Petra Klingler avoue être encore en train de digérer son blues olympique

Petra Klinger: «Je me sens libre quand je grimpe.» © Antoine Vullioud/La Gruyère
Petra Klinger: «Je me sens libre quand je grimpe.» © Antoine Vullioud/La Gruyère

François Rossier

Publié le 14.03.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Carrière » Les Jeux olympiques de Tokyo ont pris fin l’été dernier. Sept mois plus tard, ils plombent encore le moral de Petra Klingler. Seulement cinquième samedi à Bulle lors de la première manche de la Coupe de Suisse de bloc, cette discipline qui demande de dompter un maximum de voies dans un temps imparti, la meilleure grimpeuse du pays évolue loin de son niveau habituel. «Je ne sais plus quand c’était la dernière fois que je n’ai pas gagné une telle épreuve», avoue-t-elle.

Attablée dans la cour intérieure de L’Entrepôt, la salle gruérienne qui a mis sur pied cette première manche nationale de la saison, la Zurichoise a accepté, durant plus d’une demi-heure, de revenir sur sa magnifique carrière, qui arrive à un tournant. A 30 ans, Petra Klingler n’a pas perdu son sourire, mais elle a

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00