La Liberté

Le mentor est devenu un ami

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Ronald Auderset au départ de l’étape de Coupe du monde de Winterberg, le 8 janvier dernier © keystone
Ronald Auderset au départ de l’étape de Coupe du monde de Winterberg, le 8 janvier dernier © keystone
Partager cet article sur:
20.01.2021

Sans son ancien professeur de gymnastique Cédric Tamani, Ronald Auderset ne ferait pas du skeleton

Pierre Salinas

Rencontre » Quand son téléphone a sonné, lundi après-midi, il s’apprêtait à faire la reconnaissance de la piste de Koenigssee, qui accueillera ce vendredi la cinquième étape, mais la septième manche, de la Coupe du monde. «Même si je sais ce qui m’attend, il est toujours bon de se remémorer le tracé et ses virages. Mais si j’avais fait ça avant ma première descente, il y a à peu près 13 ans, jamais plus je n’aurais osé remonter sur un skeleton!» s’amuse Ronald Auderset, pour qui dévaler un tube de glace la tête la première à plus de 130 km/h est devenu quelque chose de naturel.

Ce quelque chose, le Marlinois de 30 ans le doit à son courage, à sa ténacité et à Cédric Tamani, 46 ans, un Fribourgeois comme lui. Son «mentor», pré

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00