La Liberté

«Je suis béni de jouer en Europe»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Marquis Jackson (à droite face à Jérémy Jaunin lors de la Supercoupe) affrontera samedi soir à Neuchâtel son ancien employeur. Keystone-archives
Marquis Jackson (à droite face à Jérémy Jaunin lors de la Supercoupe) affrontera samedi soir à Neuchâtel son ancien employeur. Keystone-archives
Partager cet article sur:
16.10.2020

Marquis Jackson, le meneur américain d’Olympic, a grandi à Cleveland, où il a vu la mort de près

Pierre Salinas

Basketball » On dit d’un meneur de jeu qu’il doit avoir les yeux partout, derrière la tête aussi. C’est d’autant plus vrai pour Marquis Jackson, qui est né et a grandi dans une des villes au taux de criminalité le plus élevé des Etats-Unis: Cleveland, Ohio. «Je suis béni de jouer en Europe», souffle le N°5 d’Olympic, reconnaissable à l’explosivité de son premier pas, à la pureté de son tir en extension et à son collier de barbe fleuri. A quelques heures d’affronter Union Neuchâtel, où il évoluait la saison passée, l’homme à qui Petar Aleksic a choisi cet été de confier les clés de l’équipe fribourgeoise a accepté d’évoquer son enfance difficile, qui aurait pu carrément mal tourner s’il n’avait pas été entour&eacu

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00