La Liberté

La NBA ne va pas se laisser faire

A l’image de Brandon Ingram (avec le ballon), la NBA a décidé de ne rien lâcher face à la Chine. © Keystone
A l’image de Brandon Ingram (avec le ballon), la NBA a décidé de ne rien lâcher face à la Chine. © Keystone
09.10.2019

Malgré les pressions chinoises, suite à un message de soutien à Hong Kong, le basket américain résiste

Basketball » Le torchon brûle entre la Chine et la NBA, après des déclarations de soutien du directeur général des Houston Rockets envers les manifestants hongkongais. Pékin est monté au créneau mais Adam Silver, patron du basketball US, n’a pas plié. La NBA ne va pas contrôler ni s’excuser pour les propos des joueurs, de ses salariés ou des propriétaires de clubs, a déclaré hier Adam Silver. Il fait référence à un message posté vendredi sur internet par Daryl Morey, le directeur général des Rockets. Le boss de Clint Capela et Thabo Sefolosha y a exprimé son soutien aux manifestants de la région semi-autonome de Hong Kong. Il a été par la suite effacé.

«La NBA ne va pas se mettre en situation de réglementer ce que les joueurs, ses salariés et les propriétaires de clubs disent ou ne disent pas sur ces questions», a dit le patron de la NBA dans un communiqué. «Nous ne nous excusons pas pour le fait que Daryl fasse usage de sa liberté d’expression», a insisté peu après Adam Silver lors d’une conférence de presse organisée près de Tokyo.

Diffusion suspendue

Le message de Daryl Morey, appelant vendredi dernier à soutenir les manifestations à Hong Kong, a fait des dégâts. La Chine a officiellement condamné ces propos hier via le porte-parole du Ministère chinois des affaires étrangères, Geng Shuang. «Il est inconcevable d’avoir des échanges et des coopérations avec des Chinois sans connaître ni comprendre l’opinion publique chinoise», a-t-il indiqué lors d’un point presse régulier. La télévision publique chinoise CCTV a elle annoncé hier qu’elle allait «suspendre» la diffusion prévue cette semaine de matches d’exhibition de la NBA en Chine, et qu’elle allait ouvrir une «enquête sur toutes» ses «coopérations et tous» ses «échanges avec la NBA».

M. Silver, en tournée au Japon et en Chine pour y promouvoir la NBA, a pris acte de ces effets, mais a estimé que son organisation devrait «vivre avec ces conséquences». «Nous ne nous y attendions pas, c’est dommage, mais si c’est là l’effet de notre respect de nos propres valeurs, nous considérons qu’il demeure crucial que nous respections ces valeurs», a-t-il ajouté. «Bien sûr, j’aimerais que les gens associés à la NBA soient sensibles à la culture des autres et je pense que dire cela ne signifie aucunement que nous allons réglementer leurs propos. En tant qu’entité présente au niveau mondial, nous restons toujours sensibles aux mœurs et coutumes locales mais, là encore, cela n’a aucun caractère normatif.»

Enjeux économiques

La NBA est sur la défensive après que sa première réaction a été vivement critiquée par tout le spectre du paysage politique américain lui reprochant de plier face à Pékin. Dans un communiqué, la NBA avait reconnu que le point de vue de M. Morey avait «offensé tant de nos amis et fans en Chine, ce qui est regrettable». M. Silver a indiqué qu’il espérait toujours se rendre à Shanghai cette semaine et «rencontrer les responsables concernés pour voir où nous en sommes».

«Nous nous excusons. Nous aimons la Chine. Nous aimons jouer là-bas», avait déclaré lundi la star des Houston Rockets James Harden lors d’une conférence de presse à Tokyo, tentant de jouer l’apaisement. Derrière ces excuses, il y a des enjeux financiers considérables pour la ligue américaine et ses franchises. En 2017-2018, 640 millions de personnes en Chine ont regardé des images de la saison NBA. Par comparaison, la finale de cette saison-là n’a été vue, en moyenne, «que» par 17,7 millions d’Américains.

Hong Kong traverse depuis quatre mois sa pire crise politique, avec des manifestations quasi quotidiennes voulant dénoncer ce que les manifestants considèrent comme un recul des libertés ainsi qu’une mainmise grandissante du Gouvernement chinois sur sa gestion. ats

Dans la même rubrique
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00