La Liberté

Et Noah Lyles courut le 185 m en 18’’90

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Noah Lyles au temps du rugissement. C’était à Doha, lorsqu’il est devenu champion du monde du 200 m. © Keystone
Noah Lyles au temps du rugissement. C’était à Doha, lorsqu’il est devenu champion du monde du 200 m. © Keystone
Partager cet article sur:
11.07.2020

Jean Ammann

Chronique

Athlétisme. Avec l’emphase qui le caractérise, le meeting de Zurich organisait jeudi soir les Weltklasse Inspiration Games. Soupir. Trente stars de l’athlétisme mondial allaient s’affronter en sept lieux, de la Floride venteuse à Papendal la pluvieuse, aux Pays-Bas.

Disons-le haut et fort: cette compétition bafoue les règles élémentaires de l’athlétisme, qui voudraient que les concurrents s’affrontent dans des conditions comparables. Certes, un concours est soumis aux aléas du vent: avec de la chance un sauteur en longueur aura 2 m/s de vent favorable, quand son rival aura 1 m/s de vent défavorable, mais l’organisateur ne peut rien aux humeurs météorologiques. Il est innocent. Tandis que là, les Weltklasse Inspiration Games ont décidé de piétiner l’équité sportive.

Historique!

Ensuite, je ne sais pas si les organisateurs s’étaient enfoncé une perche dans l’œil ou s’étaient assis sur un javelot, mais il fallait être un rien taré pour organiser un 3 x 100 m fémini

Dans la même rubrique
suivez-nous sur insta

 

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00