La Liberté

Une montée à crémaillère avant le plongeon

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Neuvième étape du Tour de France: Marc Hirschi dans son art. Tout cela ne pouvait que mal finir. © Keystone
Neuvième étape du Tour de France: Marc Hirschi dans son art. Tout cela ne pouvait que mal finir. © Keystone
Partager cet article sur:
19.09.2020

Jean Ammann

chronique » Cela ne pouvait finir que comme ça: «Chute de Marc Hirschi!» Le trapéziste a chu, le funambule est dans talus, le cascadeur lèche ses écorchures, la course continue. Depuis quelque temps, je suivais Marc Hirschi avec les yeux de la Madone qui voit son fils grimper le Golgotha et qui sait qu’il faudra en redescendre. Déjà l’autre jour, dans la descente de Marie-Blanque, quand j’ai vu la rouste qu’il filait aux cadors du peloton, et parmi eux un ancien sauteur à skis de haut vol bien connu pour sa pusillanimité, je me suis dit que tout ça allait mal finir. Le gars couché sur le vélo, une roubignole de chaque côté du cadre, la tête qui frotte le boyau avant, le tout à 90 km/h. La cinétique a ses lois, qu’on ne viole pas impunément.

Est-ce bien raisonnable?

Il glisse de la roue avant, il frein

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00