La Liberté

Eric Hänni: «J’ai gagné l’argent, pas perdu l’or»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Eric Hänni, devant son chalet broyard baptisé Erilot. Une contraction d’Eric et Lotty, sa deuxième épouse. © Charly Rappo
Eric Hänni, devant son chalet broyard baptisé Erilot. Une contraction d’Eric et Lotty, sa deuxième épouse. © Charly Rappo
Partager cet article sur:
23.07.2021

En 1964, déjà à Tokyo, Eric Hänni devenait le premier judoka suisse à monter sur un podium olympique

Pierre Schouwey

Judo » Elle est reconnaissable au premier coup d’œil. Plus grande que ses voisines, elle trône au centre du tableau à médailles, lui-même accroché au mur du chalet familial de Portalban. Vice-champion olympique de judo aux Jeux de Tokyo en 1964, Eric Hänni regarde fièrement son trésor et se laisse submerger par les souvenirs. «A tout bout de champ, les gens me demandaient de leur prêter ma médaille. Forcément, un jour, elle n’est pas revenue. Un journaliste avait écrit un article pour signaler qu’on me l’avait volée. Le lendemain, un type l’avait ramenée, s’excusant de ne pas avoir pu le faire avant. Trop bourré, qu’il disait.»

Cette anecdote d’un autre temps décrit bien l’effervescence qui avait accompagné le retour dans le Jura d’Eric Hänni, premier judoka helvéti

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00