La Liberté

Alex Miescher a fini par se noyer

Alex Miescher (à gauche, ici avec Shaqiri) n’avait guère d’autre solution que la démission. © Keystone-archives
Alex Miescher (à gauche, ici avec Shaqiri) n’avait guère d’autre solution que la démission. © Keystone-archives
11.08.2018

Démission du secrétaire général de l’ASF, auteur de propos controversés sur la question de la binationalité

Football » Personne n’a pu sauver le soldat Alex Miescher. Cinq semaines après avoir tenu des propos bien troubles sur la question de la binationalité, le secrétaire général de l’ASF a présenté sa démission.

Cette décision était inéluctable. La position de l’ancien nageur soleurois, qui avait succédé à l’actuel président de l’ASF Peter Gilliéron à ce poste de secrétaire général il y a neuf ans, était intenable. Comment aurait-il pu poursuivre ses activités, notamment celles autour de l’équipe nationale, alors que son discours a suscité tant de défiances?

Granit Xhaka, qui sera très bientôt le nouveau capitaine de la sélection, avait été le premier à s’élever contre les propos d’Alex Miescher. Lundi dernier, Valon Behrami, à l’heure d’annoncer sa retraite internationale, avait, lui aussi, porté des mots très durs à son encontre.

Débat peu compréhensible

Quelques heures après l’élimination en huitièmes de finale de la Coupe du monde contre la Suède, Alex Miescher avait, dans une interview, posé la question de la pertinence de soutenir des talents au bénéfice d’une double nationalité avec le risque qu’ils arrêtent le choix de porter les couleurs d’un autre pays. Ce débat est difficilement compréhensible. Il a sans doute été nourri par la polémique suscitée par le geste choisi par Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri pour célébrer leur but contre la Serbie. Et par l’amertume d’une élimination il est vrai sans gloire devant la Suède.

Au lieu de s’interroger de la sorte, Alex Miescher aurait dû se souvenir que le football suisse n’a «perdu» que trois joueurs depuis dix-huit ans – Mladen Petric, Zdravko Kuzamnovic et bien sûr Ivan Rakitic – alors qu’il a puisé sa richesse dans l’intégration exemplaire d’un Philippe Senderos, d’un Gelson Fernandes, d’un Johan Djourou, d’un Gökhan Inler, d’un Valon Behrami, d’un Granit Xhaka, d’un Ricardo Rodriguez, d’un Xherdan Shaqiri et d’un Manuel Akanji. Et cette liste n’est pas exhaustive.

Erreurs de communication

Dans un communiqué, Alex Miescher regrette «des malentendus et des erreurs de communication qui peuvent altérer le jugement que l’on pourra porter sur son expérience à l’ASF». Le Soleurois a, malheureusement pour lui, franchi la ligne jaune. Comme avait pu le faire en France Laurent Blanc sur le même sujet en 2011 pour être démis de ses fonctions de sélectionneur un an plus tard.

Alex Miescher sera remplacé dans un premier temps par le juriste de l’ASF Reto Breiter, précise Peter Gilliéron. Dans un communiqué publié sur le site de l’ASF, le président «regrette la décision de son secrétaire général mais la comprend». Peter Gilliéron reconnaît que l’ASF a commis des erreurs de communication durant la Coupe du monde. Il présentera à la presse le 24 août le fruit de ses réflexions. Vladimir Petkovic devrait également s’exprimer ce jour-là. ATS

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00