La Liberté

Le paradoxe national

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Breel Embolo devance Sergio Ramos: la Suisse avait les moyens de battre l’Espagne. © Keystone
Breel Embolo devance Sergio Ramos: la Suisse avait les moyens de battre l’Espagne. © Keystone
Partager cet article sur:
16.11.2020

Capable de faire jeu égal avec l’Espagne, la Suisse ne parvient toujours pas à gagner

Patrick Biolley, Bâle

Football » Le sélectionneur Vladimir Petkovic, le passeur décisif Breel Embolo, le sauveur Yann Sommer, tous étaient d’accord: «La Suisse aurait pu gagner ce match face à l’Espagne.» Si le stade avait été plein, les plus de 30 000 spectateurs du Parc Saint-Jacques auraient quitté l’enceinte bâloise avec la même impression. La frustration d’un soir a cependant vite laissé place à la fierté. Encore une fois, la troisième dans cette Ligue des nations mouture 2020-2021, l’équipe nationale n’a pas perdu contre une des meilleures formations du continent. Encore une fois, elle a regardé droit dans les yeux Sergio Ramos et consorts.

Fidèle aux principes inculqués par Vladimir Petkovic, la Suisse ne s’est pas cachée. Elle a fait preuve d’agressivité sur le porteur du ballon et tent&eacut

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00