La Liberté

Denis Malgin, les pieds sur terre

Mondiaux M18 • Malgré son modeste gabarit (175 cm), Denis Malgin (17 ans) a le potentiel pour devenir un grand joueur. Gros test ce soir contre les Finlandais.
Publié le 25.04.2015

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Denis Malgin, 17 ans, a le potentiel pour devenir un grand joueur. Certes, l’attaquant des Zurich Lions, leader de cette Suisse demi-finaliste du mondial M18 (ce soir à 19 h contre la Finlande), a encore bien du chemin à parcourir. Mais il semble en être conscient. «Il faut toujours garder les pieds sur terre», assène de sa faible voix ce taiseux de nature qui s’exprime avant tout sur la glace. Le prodige aurait pourtant de quoi avoir le tournis tant les événements s’enchaînent à une vitesse folle pour lui.

Malgin, meilleur compteur de la Suisse dans le tournoi avec cinq points (trois buts), dispute déjà son troisième Mondial M18. Pour sa première participation, à 15 ans (!), il avait marqué deux fois et délivré autant d’assists. L’hiver dernier, le Zurichois a également pris part à un championnat du monde, mais celui des moins de… 20 ans, où il n’a pas manqué de se signaler (un but et six passes décisives, deuxième meilleur total de son équipe).

Problème de taille

Un talent qui lui a permis de forcer les portes de la première équipe des Zurich Lions, avec plus de 20 matches de LNA à son actif cette saison et quatre réalisations durant les play-off! Dès lors, le voir figurer dans les listes des futurs draftés par les franchises de NHL est tout sauf une surprise. Même si son modeste gabarit (1 m 75) semble pour l’heure le reléguer au mieux au deuxième tour.

«Il y a aussi de petits joueurs en NHL, rétorque Malgin. En fait, si sur la glace tu fais tout plus vite que les autres, tu y arrives. La NHL est mon rêve et je mets tout en œuvre pour y arriver», ajoute celui qui espère toutefois encore grandir un peu. Pour son coach en sélection M18 Manuele Celio, l’attaquant des ZSC a les qualités pour parvenir à ses fins. Mais l’ancien international avertit aussi son protégé. «Une bonne draft ne signifie rien. Denis a encore une longue route devant lui. Il est très difficile de planifier une carrière. Il faut avoir un solide mental, être dur au mal. Ce qui fait la différence, c’est le travail car il n’y a que l’entraînement qui permette de s’améliorer.»

Chemin tracé

Jusqu’à présent, la modestie fait partie de la palette de Malgin, ainsi que la capacité à relativiser. «Je dois simplement jouer et ne pas trop réfléchir, explique l’attaquant. Si tu joues sous pression, tu n’arrives à rien de bon.» Des conseils que le Zurichois a pu puiser auprès de son père Albert, actuel entraîneur de Red Ice en LNB, ainsi que de son frère Dimitri, joueur du club octodurien ces quatre dernières saisons. Dans un tel contexte, et ce même s’il assure n’avoir jamais été poussé vers cette carrière par la volonté paternelle, Denis Malgin avait vraisemblablement devant lui une voie toute tracée. «Le hockey a toujours été ma priorité, confirme-t-il avant d’expliquer pourquoi. C’est un sport d’équipe, un des sports les plus rapides du monde qui provoque de l’adrénaline.»

De l’adrénaline, Malgin en offre beaucoup au public suisse lors de ce mondial M18 à domicile. Vitesse phénoménale, agilité et intelligence de jeu, comme s’il avait des yeux dans le dos, le Zurichois régale supporters, observateurs et coéquipiers. Notamment lors du but qu’il a inscrit en prolongation contre la Lettonie (3-2) lundi qui a ouvert les portes des quarts de finale à la sélection de Celio, ou encore - et surtout - pendant son solo sur le 4-0 qu’il a signé jeudi face à des Russes qu’il a surclassés.

L’étoile filante

Cette rencontre avait du reste une saveur particulière pour Malgin contre le pays d’origine de sa famille. Place désormais à cette demi-finale contre la Finlande, que le joyau des Lions aborde le couteau entre les dents. «Nous avons montré que nous pouvons viser haut, insiste-t-il. Nous nous battons et c’est le plus important.» Pas besoin de demander à Denis Malgin quel serait son vœu si son regard capturait à nouveau, comme la veille du match contre la Russie, une étoile filante dans le ciel. Une place en finale bien sûr, la première pour la Suisse depuis sa médaille d’argent dans la catégorie en 2001. si

programme et résultats

Championnat du monde M18 à Zoug et Lucerne. Aujourd’hui, demi-finales à Zoug, 15 h: Etats-Unis - Canada. 19 h: Finlande - Suisse. Barrage contre la relégation (au meilleur des trois matches). 2e match (à Zoug): Allemagne - Lettonie 3-5 (1-0 1-2 1-3); série 0-2. L’Allemagne est reléguée.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11