La Liberté

Kevin Fiala a une revanche à prendre

L’attaquant des Los Angeles Lakers espère bien pouvoir enfin aider l’équipe de Suisse à décrocher l’or

Publié le 16.05.2023

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Hockey sur glace » Kevin Fiala est bien arrivé à Riga pour représenter la Suisse aux championnats du monde. Et l’attaquant des Los Angeles Kings a encore une facture ouverte avec le tournoi annuel. Evoquer Fiala et l’équipe de Suisse, c’est retourner le couteau dans la plaie. Parce qu’en 2018 à Copenhague, lors de la prolongation face aux Suédois, le Saint-Gallois avait eu une chance en… or de donner le titre à son pays, mais il n’avait pas su lever le puck au-dessus de la jambière d’Anders Nilsson. Cette opportunité manquée le hante encore parfois. «Mon cerveau et mon cœur me disent qu’une autre chance va se présenter, assure-t-il. Et je la saisirai.»

Un an plus tard à Kosice, la Suisse était à moins d’une seconde de retrouver le dernier carré, mais un but tardif des Canadiens avait envoyé les deux équipes en prolongation, et la Suisse s’était inclinée. Et depuis 2019, Kevin Fiala n’avait plus porté le maillot national. Il aurait voulu le faire l’an dernier, mais comme il n’avait pas encore de contrat avec les Los Angeles Kings (un bail de sept ans pour 55,125 millions de dollars), il avait renoncé la mort dans l’âme.

Toujours un honneur

«J’adore représenter la Suisse, lance-t-il avec fierté. C’est toujours un honneur.» Eliminé avec les Los Angeles Kings au premier tour des play-off par les Edmonton Oilers, Fiala n’a pu disputer que trois rencontres sur six. Il a tout de même inscrit six points. Mais ce sont ces petits pépins physiques qui ont fait que la franchise californienne a mis du temps à donner son feu vert. «J’ai dû terminer ma convalescence pour être sûr que tout allait bien et que je pouvais venir, et me voilà, enchaîne-t-il. Je suis superexcité de revoir les gars et de faire partie du groupe pour l’aider à gagner plus de matches.» Drafté au 11e rang par Nashville en 2014, Fiala a pris un peu de temps pour se développer et devenir un attaquant capable d’inscrire un point par match en NHL. Lors de sa dernière année à Minnesota, il avait compilé 85 points en 82 matches. Cette saison, il a marqué 72 points (23 buts) en 69 rencontres. Interrogé sur son développement outre-Atlantique, le Saint-Gallois s’est contenté de dire que cela se passait bien et qu’il avait apprécié ses deux dernières saisons.

Ce contrat massif en Californie a amené de la stabilité dans la vie du Saint-Gallois. Sous le feu des projecteurs à 17 ans à Minsk, au mondial 2014, il était devenu la petite merveille helvétique aux mains d’airain. Mais une fois en Suède, l’ailier aux racines tchèques avait montré qu’il avait du caractère en n’étant pas toujours d’accord avec ses coaches. Il le reconnaît d’ailleurs lorsqu’il affirme: «Cela a pris du temps avant que je puisse être moi-même. A Los Angeles, je me suis tout de suite senti très à l’aise. C’est la clé qui a fait que tout s’est bien passé dès le début de cette saison. Ils m’ont pris comme je suis.»

Maison près de la plage

Avec sa femme Jessica, il est désormais propriétaire d’une magnifique maison avec piscine à Manhattan Beach, à un kilomètre de l’océan. «C’est notre première vraie maison», précise-t-il. Fan de la chaleur, il adore pouvoir aller à l’entraînement en short et se reposer ensuite sur la plage, comme un sentiment de vacances pour déconnecter. «Pour moi qui n’ai pas encore d’enfants, cela me permet d’oublier plus facilement le hockey, ajoute-t-il. Je pense que c’est une grande clé du succès.» A voir les nombreux joueurs décliner leur sélection après une saison marathon, les journalistes étrangers affichent une certaine surprise à voir des joueurs de NHL accepter cet appel sous les drapeaux. «La Suisse n’est pas un très grand pays, leur répond Kevin Fiala. Nous n’avons pas encore atteint notre but. On est un petit groupe et on aime juste jouer pour notre pays.» Le but? Le titre mondial, assurément. Mais Fiala s’est bien gardé de le verbaliser ainsi. ats


Deux renforts de choix

Nico Hischier et Jonas Siegenthaler seront à Riga pour le championnat du monde et pourront jouer dès jeudi contre la Slovaquie. Libérés par les New Jersey Devils après l’élimination en demi-finale de Conférence du championnat de NHL par les Carolina Hurricanes en fin de semaine passée, les deux joueurs seront disponibles pour le quatrième match du Mondial contre la Slovaquie. Ils seront donc présents à l’occasion du prochain gros week-end avec les rencontres face au Canada et à la Tchéquie. ats

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11