La Liberté

Nelson Chiquet n’en espérait pas tant

24.01.2017

Les juniors profitent souvent des mauvais résultats de l’équipe première pour avoir du temps de jeu

Patricia Morand

Gottéron »  Julien Sprunger, Adrien Lauper, Joël Genazzi et Andreï Bykov ont un point commun: ils ont vécu leur baptême du feu chez les professionnels avec Gottéron alors que les résultats de l’équipe de ligue A n’étaient pas brillants. C’était en 2002-2003 pour Sprunger, en 2005-2006 pour Lauper et en 2006-2007 pour Bykov et Genazzi. Un junior a souvent plus de temps de glace que prévu lorsque tout va mal. Il profite des blessures des professionnels – plus facilement touchés parce qu’ils sont poussés à leurs limites, selon Paul-André Cadieux – et d’une vitrine exceptionnelle.

Tous les juniors envoyés au charbon n’ont pas le talent ou la possibilité de faire leurs armes au plus haut niveau. Tony Matewa ou Luca Knutti, lancés dans le grand bain voici deux ans, en sont des exemples vivants. Mais un

La lecture de cet article requiert un accès numérique

Lire cet article

et accéder à l'ensemble du site de La Liberté :

CHF 2.70

Valable 24 heures pour l'ePaper,
tous les articles,
les archives depuis 2006

Je suis déjà abonné à La Liberté en version numérique

Connexion sur mon compte
Mot de passe oublié ?
Découvrez nos offres
Offres abonnements La Liberté

Accéder en tout temps à nos contenus numérique grâce aux abonnements Premium (papier + numérique) et Numériques

Premium
Découverte dès
Fr. 19.00/mois
Numérique
Découverte dès
Fr. 13.00/mois
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00