La Liberté

L’enquête se concentre sur la Suisse

08.07.2014

L’enquête sur le vol en France du dossier médical de Michael Schumacher se concentre désormais sur la Suisse. L’ordinateur utilisé pour tenter de revendre le document a été repéré par la police au sein de la Garde aérienne de sauvetage (Rega), dans le canton de Zurich, ont annoncé les enquêteurs. La société a affirmé ne pas être au courant «à ce stade» d’une enquête la concernant. Des éléments du dossier avaient été proposés à plusieurs médias au prix de 60 000 francs.

«L’adresse IP a été repérée dans une société d’hélicoptères du canton de Zurich», dans le cadre de l’enquête confiée à la police de Grenoble, en collaboration avec ses homologues suisses et allemandes, a indiqué hier le Parquet de Grenoble.

La Rega, basée à Zurich, a réagi en soulignant dans un communiqué «ne pas avoir été contactée (…) par les autorités» et elle déclare ne pas «avoir connaissance de recherches en cours de ce type». La Rega confirme avoir «donné un avis médical et organisé le transport effectué par ambulance» le 16 juin du champion allemand de F1 entre Grenoble et Lausanne. Elle précise avoir reçu de l’hôpital de Grenoble «un rapport médical» pour pouvoir donner son avis.

La Rega déclare avoir «appris par les médias que ces données médicales auraient été offertes à la vente», mais souligne que «selon les informations à sa disposition, à ce stade, nous partons du principe que le secret médical a été préservé». Le Parquet a précisé s’être dessaisi de l’enquête vendredi soir au profit des autorités suisses.

Le dossier volé, masqué sous plusieurs pseudonymes, dont le dernier était «Jérémy Martin», avait été proposé par mail à plusieurs médias français, allemands ou suisses. Il s’agit d’un rapport de synthèse d’une douzaine de pages rédigé par le médecin grenoblois de Michael Schumacher en vue d’être transmis à son homologue suisse. Ce document ne serait toutefois pas le rapport final mais un brouillon, ayant passé plusieurs heures dans une poubelle de l’hôpital.

L’affaire avait été révélée à la mi-juin par le quotidien allemand «Bild», certains de leurs journalistes ayant été approchés par celui qui se fait appeler «Kagemusha», en référence à un film du Japonais Akira Kurosawa, Palme d’or à Cannes en 1980. Ils avaient aussitôt alerté la porte-parole de Schumacher, Sabine Kehm, lui transmettant les extraits du dossier envoyés par le voleur pour accréditer sa parole. Prévenue, la direction de l’hôpital de Grenoble avait aussitôt porté plainte pour vol et diligenté un audit interne, qui n’a révélé aucune intrusion dans son système informatique.

De leur côté, les policiers français ont méthodiquement retracé «l’emploi du temps» du document, interrogeant les nombreuses personnes qui auraient pu l’avoir entre les mains. Selon une source proche de l’affaire, les enquêteurs avaient identifié dès la fin juin une adresse internet IP à Zurich qui aurait été utilisée par le voleur pour envoyer ses courriels. Mais, prudent, le Parquet de Grenoble avait alors fait valoir qu'«une adresse IP pouvait être utilisée à distance».

Depuis l’hospitalisation de Schumacher à la fin décembre, l’hôpital avait pris des mesures très strictes pour protéger ce dossier et l’accès à la chambre du champion allemand était surveillé par un vigile. Michael Schumacher, 45 ans, a passé plus de cinq mois à Grenoble après un grave accident de ski le 29 décembre 2013 à Méribel (Savoie), avant d’être transféré en ambulance à Lausanne le 16 juin, l’hélicoptère n’ayant pas été retenu par un souci de discrétion. Sa porte-parole avait alors annoncé qu’il n’était plus dans le coma. si

Dans la même rubrique
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00