La Liberté

Affaire Adeline: l’Etat pourrait être poursuivi

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
11.10.2013

Alors que la directrice de La Pâquerette a été suspendue de son poste par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), l’avocat du compagnon d’Adeline et de leur bébé livre sa réaction sur le rapport d’expertise accablant de l’ancien ministre genevois Bernard Ziegler.

Propos recueillis par Sara Sahli,

- Quelle a été votre réaction, ainsi que celle de votre client, à la lecture du rapport?

Me Simon Ntah: J’ai été rassuré par son exhaustivité et la volonté manifeste de son auteur, de faire toute la lumière sur cette affaire. Le compagnon d’Adeline partage lesentiment de l’auteur du rapport: il a été interpellé par la gravité des lacunes dans le déroulement des procédures. Il n’y a pas eu juste une erreur à un moment. Le rapport révèle plusieurs violations successives de la loi. C’est surprenant. Cela interpelle.

- L’Etat a reconnu mercredi qu’il avait failli dans cette affaire. Son implication pourrait-elle le rendre passible de poursuites civiles?

Bien sûr. Le rapport conclut à l’existence de plusieurs violations légales à l’octroi de sorties accompagnées. L’Etat reprend en principe la responsabilité des actes illicites de ses employés.

- Comment ont été reçues les excuses du gouvernement à la famille de la victime?

La démarche du Conseil d’Etat mérit

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00