La Liberté

Berset tance les cantons alémaniques

Visitant un hôpital bâlois hier, Alain Berset s’est inquiété de la hausse des infections en Suisse alémanique. © Keystone
Visitant un hôpital bâlois hier, Alain Berset s’est inquiété de la hausse des infections en Suisse alémanique. © Keystone
Partager cet article sur:
04.12.2020

La recrudescence des infections outre-Sarine exige une reprise en main. Le canton des Grisons réagit

Fabien Gysel

Pandémie » A trois semaines de Noël, la situation de la Suisse face au coronavirus est à nouveau «très inquiétante», selon Alain Berset. En baisse en novembre, les infections stagnent désormais, voire augmentent outre-Sarine. Le ministre en appelle aux cantons concernés.

Après une «bonne évolution» durant plusieurs semaines, où le nombre de nouveaux cas de Covid-19 diminuait de moitié toutes les deux semaines, cette baisse est en train de s’arrêter à un niveau élevé de 4000 à 5000 cas par jour, constate le conseiller fédéral. La Suisse n’atteindra donc pas l’objectif qu’elle s’était fixé de réduire les infections quotidiennes à 1000 pour Noël, a-t-il déploré face aux médias hier à Muttenz (BL).

Lenteur alémanique

En déplacement à Bâle-Campagne pour y visiter un hôpital et un centre de tests avec les autorités, le ministre de la Santé a rappelé que la baisse enregistrée en novembre était principalement due aux cantons romands. Véritables «hotspots» de la 2e vague de coronavirus, ils ont fermé restaurants et bars jusqu’à la mi-décembre. Genève a même fermé les magasins non alimentaires.

En Suisse alémanique, la baisse a été plus lente et les nouvelles infections augmentent même à nouveau dans plusieurs cantons. «C’est d’autant plus dangereux que l’on part d’un niveau élevé», met en garde Alain Berset. Restaurants et bars ne sont toutefois fermés qu’à Bâle-Ville depuis la semaine dernière.

«Il faut agir rapidement lorsque le nombre d’infections augmente pour empêcher une hausse massive», a lancé le ministre de la Santé à l’adresse des cantons concernés, appelés à «jouer leur rôle». La «voie suisse» des restrictions sans confinement est à ce prix. Dans le cas contraire, la société, le système de santé et l’économie en pâtiront. «Nous ne pouvons pas nous le permettre.»

La situation actuelle est d’autant plus préoccupante en prévision du shopping et des fêtes de Noël qui constituent «un gros défi». Rien qu’un événement festif pourrait actuellement mener à une explosion des cas d’infections, a souligné le socialiste qui a toutefois exclu que le Conseil fédéral reprenne la main à ce stade.

Réaction aux Grisons

L’appel d’Alain Berset aux cantons alémaniques a déjà été entendu. Dans les Grisons, le Conseil d’Etat va fermer tous les restaurants à partir de ce soir. Cette mesure sera valable pendant deux semaines.

Pour sa part, le Valais assouplit son plan Covid à l’orée de la saison d’hiver. Restos, bars et lieux de loisirs rouvriront dès le 14 décembre. Quinze personnes au maximum pourront se réunir dans l’espace public, dix en privé, y compris pour les fêtes.

Soutenus par le canton, les domaines skiables attendent des nouvelles de Berne. Si le Valais se dit prêt à discuter de certaines mesures de limitation notamment dans les grosses télécabines, d’autres sont «inapplicables». Pour le chef du Département de l’économie Christophe Darbellay, il est ainsi envisageable de limiter le nombre de personnes dans les téléphériques à 80% de leur capacité. ATS


Psychodrame autour du ski sous la Coupole

L’épineuse question de l’ouverture des remontées mécaniques a fait irruption aux Chambres fédérales hier. Le Conseil fédéral ne doit pas prendre de nouvelles mesures dans les régions de sports d’hiver pour les fêtes de fin d’année. Il ne doit notamment pas limiter les capacités pour les domaines skiables, demande le Conseil national.

Dans une déclaration approuvée hier par 100 voix contre 80, la Chambre du peuple prie également le gouvernement de ne pas édicter des prescriptions plus strictes pour les domaines skiables que pour les autres secteurs concernés, tels que l’hôtellerie et la restauration. De nouvelles mesures seraient «dévastatrices» pour le secteur du tourisme, a souligné Fabio Regazzi (pdc, TI) au nom de la commission de l’économie.

Le Parti socialiste critique sévèrement le PDC, le PLR et l’UDC dans une lettre ouverte au sujet de l’ouverture des stations de ski. Le PS estime que la Suisse a besoin d’une réduction du nombre de cas de coronavirus, «pas d’une mise en scène». «Comportement irresponsable»: c’est ce qu’a écrit le PS dans sa missive adressée aux présidents du PDC, de l’UDC et du Parti libéral-radical. ATS/LIB

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00