La Liberté

Combat naval à Douala

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Basée à Genève, la multinationale MSC s’est vu confier la gestion des installations portuaires de Douala. Mais l’intervention conjointe du Gouvernement français et de la présidence camerounaise rabat les cartes. © DR/Flickr
Basée à Genève, la multinationale MSC s’est vu confier la gestion des installations portuaires de Douala. Mais l’intervention conjointe du Gouvernement français et de la présidence camerounaise rabat les cartes. © DR/Flickr
Partager cet article sur:
29.11.2019

Berne et Paris s’affrontent pour appuyer les géants maritimes que sont le suisse MSC et le français Bolloré, qui cherchent tous les deux à exploiter le grand port du Cameroun

Yves Genier

Marine marchande » Dans l’estuaire du fleuve Youri, en Afrique équatoriale, s’alignent 660 mètres de quai auxquels sont amarrés une quarantaine de navires. De vastes grues soulèvent des myriades de conteneurs destinés qui à être embarqués, qui à être entreposés sur les près de 26 hectares du parc. Nous sommes à Douala, le port qui assure 95% du trafic du Cameroun et l’essentiel de ceux des pays voisins du Tchad et de Centrafrique. Et ce port, qui assure un trafic de conteneurs trois fois supérieur à celui de Bâle selon la Banque mondiale, est un champ de bataille où s’affrontent Suisses et Français.

Côté helvétique, la multinationale Mediterranean Shipping Company (MSC) à Genève, connue pour ses navires de croisière, mais surtout numéro

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00