La Liberté

Des éleveurs perplexes

Le petit veau a deux «bourgeons» au sommet du crâne, que l’on brûle pour empêcher que les cornes ne se mettent à pousser. © Charly Rappo
Le petit veau a deux «bourgeons» au sommet du crâne, que l’on brûle pour empêcher que les cornes ne se mettent à pousser. © Charly Rappo
10.10.2018

L’initiative pour les vaches à cornes veut encourager les paysans à abandonner l’écornage. Reportage

Sandrine Hochstrasser

Votations » Le vétérinaire empoigne le veau. Deux piqûres dans le collier et la bête part s’affaler dans un coin de l’étable. Quelques minutes plus tard, le jeune bovin somnole sur la paille, haletant, les yeux mi-clos. Vêtu d’un tablier brun, le vétérinaire revient avec une nouvelle aiguille pour une anesthésie locale «du nerf qui mène à la corne», explique-t-il.

Le veau âgé d’une vingtaine de jours n’a pas encore de cornes, mais deux «bourgeons» au niveau de la peau. Comme des kystes. Le médecin saisit son fer et brûle les deux zones. Les rondelles de chair calcinée tombent sur la paille. «Le veau va dormir une heure encore», précise le docteur en bottes, désinfectant les plaies au sommet du crâne.

Jean-Luc Charbon, vétérinaire à Estavayer-le-l

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00