La Liberté

Des liens cinquantenaires avec l’Europe

Publié le 22.07.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Histoire » Le 22 juillet 1972, Berne signait un accord de libre-échange avec la CEE, l’ancêtre de l’Union européenne.

«Jalon de l’histoire» pour certains commentateurs, la Suisse signe un accord de libre-échange avec la Communauté économique européenne (CEE), le 22 juillet 1972 à Bruxelles. Les Documents diplomatiques suisses (Dodis) marquent ce cinquantenaire. La question institutionnelle était déjà d’actualité.

«L’horizon d’un premier élargissement de la CEE s’est dégagé en 1969 avec la levée du véto de la France à l’adhésion de la Grande-Bretagne», explique dans un dossier spécial publié hier Sacha Zala, directeur du centre de recherche Dodis. Bruxelles engage des pourparlers en vue de l’établissement de liens particuliers avec les «non-candidats» à la CEE que sont les Etats de l’AELE d’alors (Autriche, Finlande, Islande, Portugal, Suède et Suisse).

Il s’agit d’éviter une fragmentation économique de l’Europe occidentale. Mais les négociateurs avancent en terrain inconnu, rappelle Dodis. Du côté suisse, on perçoit un «éventail de solutions possibles», allant d’une «issue proche de l’adhésion» à un «traité commercial ordinaire».

Le négociateur en chef suisse, Paul Jolles, directeur de la division du commerce du Département fédéral de l’économie, résume la tâche: «le problème le plus difficile sera sans aucun doute l’organisation de la participation institutionnelle de la Suisse au processus d’intégration». Cinquante ans plus tard, cette analyse est toujours d’actualité, remarque Dodis.

Aucune solution institutionnelle globale n’a finalement été trouvée. Le 22 juillet 1972, le conseiller fédéral radical Ernst Brugger signe un accord «qui ne prévoit aucune participation à l’intégration politique de l’Europe». Mais cet accord exempte de droits de douane et fixe les règles de concurrence pour plus de 90% des exportations suisses vers la CEE.

La Suisse, pour faire pression sur la CEE dans le cadre des négociations, a recouru à l’argument de la menace d’un rejet en votation populaire, explique Dodis. Le Conseil fédéral soumet finalement l’accord de libre-échange au référendum obligatoire, estimant qu’il renforce la coopération européenne à long terme. Une «évolution irréversible», selon le conseiller fédéral socialiste Hans-Peter Tschudi.

A partir de cette votation, les décisions de politique européenne seront de plus en plus soumises au souverain. Le Conseil fédéral renforce sa politique de communication. Pas pour faire de la propagande, mais pour des raisons «didactiques», dit-il alors. Le 3 décembre 1972, le peuple et les cantons approuvent l’accord par 72,5% des voix.

ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Un nouveau plaidoyer contre le F-35

    Le conseiller national socialiste Pierre-Alain Fridez sort un livre sur l’achat des avions de combat américains
  • pictogramme abonné La Liberté Ueli Maurer en Inde

    Finances, Berne, Edelweiss, Montreux, GRisons, Tessin » Le conseiller fédéral Ueli Maurer a rencontré hier à New Delhi son homologue indienne. Ils ont abordé...
  • Aucun blessé n’est arrivé d’Ukraine

    Guerre » La Suisse attend des clarifications avant d’accueillir des enfants ukrainiens pour des soins. Des enfants ukrainiens doivent recevoir une aide...
  • Mieux défrayer les paysans

    Coûts » En raison notamment de la guerre en Ukraine, les paysans suisses doivent faire face à des coûts de production supplémentaires. Les milieux concernés...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11