La Liberté

Des préoccupations environnementales

Une ONG conteste les prévisions et la hausse de passagers prévue à l’aéroport de Genève. © Keystone-a
Une ONG conteste les prévisions et la hausse de passagers prévue à l’aéroport de Genève. © Keystone-a


28.11.2015

Aéroport de Genève

L’extension prévue d’ici 2030 de l’aéroport de Genève interpelle sur les questions environnementales, à deux jours du début de la conférence de l’ONU sur le climat. Face à la direction qui promet des investissements à haute efficience énergétique, une ONG conteste les prévisions et la hausse de passagers prévue. «Nous nous préoccupons de l’impact environnemental. On ne se moque pas» dans ce domaine, a indiqué hier à Genève la présidente de l’aéroport, Corine Moinat, lors de son premier débat public depuis son entrée en fonction début janvier.

L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) a mandaté une étude qui a conclu, il y a quelques mois, que le nombre de passagers passerait de 15 à 25 millions d’ici à 2030. Un chiffre contesté par l’organisation non gouvernementale (ONG) Noé21 qui dénonce les méthodes utilisées pour cette évaluation. Face à Mme Moinat, le coordinateur de Noé 21 Philippe de Rougemont a dévoilé une autre estimation à 17 millions de passagers. Il a encore souligné que l’aviation à Genève contribue déjà trop aux émissions de CO2.

Il ne faut pas pour autant retarder les investissements nécessaires pour rester compétitifs, selon la présidente. Au cœur du débat, l’aile est, budgétisée à plus de 600 millions de francs, qui doit remplacer un pavillon provisoire datant du milieu des années 1970.

Parmi les mesures, l’aéroport renvoie aux engagements de l’industrie aérienne. Celle-ci devrait s’engager à diminuer de 50% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Quant à l’aile est, elle est prévue avec une haute performance énergétique.

Mercredi, le président du Conseil d’Etat genevois François Longchamp avait lui appelé à une remise en question de certains comportements des usagers. Outre les volets écologiques, les nuisances sonores et la valeur des terrains préoccupent. En 2030, 235 000 mouvements annuels devraient concerner le site, soit un toutes les 90 secondes. Quelque 18 000 personnes seront impactées par le bruit et 400 000 m2 devraient être inconstructibles.

ATS

A Zurich, le bruit dérange

Pour la première fois, la barre des 60 000 personnes dérangées par le bruit autour de l’aéroport de Zurich a été franchie en 2014. Leur nombre précis est de 61 381, contre 57 123 en 2013, soit une hausse de 7%. Pour mémoire, le canton s’était fixé une limite indicative de 47 000 personnes dérangées.

Cette hausse est due avant tout à l’augmentation des mouvements aériens pendant la nuit, selon le rapport publié hier par le canton de Zurich. De plus, à ces heures, les avions empruntent souvent des trajectoires défavorables pour les riverains.

Autre facteur de hausse, l’augmentation de la population dans les régions touchées par le bruit. En effet, ces quartiers connaissent un développement plus important que la moyenne.

Les vols de nuit sont interdits à Zurich entre 23 h et 6 h. Atterrissages et décollages retardés sont toutefois admis sans autorisation particulière jusqu’à 23 h 30. En 2014, pas moins de 2300 mouvements ont été effectués dans cette demi-heure.

Cela est indéniablement trop, a affirmé devant les médias Markus Traber, de l’Office des transports. Le canton demande que la planification des vols permette de respecter la limite de 23 h. Les autorités espèrent aussi que la nouvelle génération de réacteurs permettra de réduire les nuisances sonores.

Le nombre total de mouvements aériens est resté stable à 265 000. Ce chiffre est bien inférieur à la limite de 320 000 fixée par la loi. Le canton a introduit son index du bruit de l’aéroport en 2007. Depuis, la limite des 47 000 personnes dérangées n’a été respectée qu’une seule fois, en 2009. Le nombre a ensuite augmenté chaque année, sauf en 2013, avec un recul de 3%. ATS

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00