La Liberté

Droite romande, la relève en question

A l’instar de Guillaume Barazzone, plusieurs jeunes politiciens prometteurs ne siégeront pas au Conseil national élu en 2019. © Keystone-archives
A l’instar de Guillaume Barazzone, plusieurs jeunes politiciens prometteurs ne siégeront pas au Conseil national élu en 2019. © Keystone-archives
24.12.2018

Départs à la retraite de ténors, démissions, affaires: les partis bourgeois ont été ébranlés en 2018

Sevan Pearson

Politique » La voix des Romands va-t-elle s’affaiblir à l’Assemblée fédérale, alors que nombreux sont les ténors de la politique à quitter le navire? La scène politique romande est en effet en pleine recomposition depuis plusieurs mois et la question de la relève se pose. «Lors de départs naturels, les partis ont le temps de s’organiser», observe Pascal Sciarini, politologue et professeur à l’Université de Genève. «Mais lorsque les départs sont inattendus, assurer la relève est plus difficile.» Petit tour d’horizon.

1 Démissions en chaîne à l’UDC

L’UDC a connu des sueurs froides durant le chaud mois d’août: Stephan Moser, président de la section neuchâteloise, Ruedi Schläfli, président de la section fribourgeoise et le Vaudois Kevin Grangier, che

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00