La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Interview: Semaine de quatre jours, la prochaine «révolution» du monde du travail

Jean-Claude Rennwald, syndicaliste et ancien conseiller national socialiste jurassien, dresse un tableau de l’évolution du temps de travail et plaide pour sa réduction dans un nouvel ouvrage. Entretien.

Depuis les années 1950, les Suisses ont toujours voté contre une réduction des heures de travail ou l’augmentation des vacances. © Keystone/photo prétexte
Depuis les années 1950, les Suisses ont toujours voté contre une réduction des heures de travail ou l’augmentation des vacances. © Keystone/photo prétexte

Daniel Droz

Publié le 09.04.2024

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Dans La semaine de 4 jours. Pour une révolution du temps, le syndicaliste et ancien conseiller national socialiste Jean-Claude Rennwald plaide pour une réduction du temps de travail en Suisse à 32 heures hebdomadaires. Le Jurassien le croit: il faut une baisse effective des heures passées au boulot, et non pas une simple compression des horaires sur moins de journées. Il s’explique.

Jean-Claude Rennwald, vous plaidez pour une réduction du temps de travail en passant à des semaines de quatre jours. Votre idée ne va-t-elle pas conduire notre économie dans l’abîme?

Il y a 200 ans, nous travaillions entre 80 et 90 heures par semaine. Aujourd’hui, dans les pays européens, nous sommes autour de 40 heures, plus ou moins trois heures. Et l’économie est toujours debout. Je pense, au contraire, que mon idée peut être favorable à l’emploi. Si un jour de travail est supprimé, ça peut davantage inciter les employeurs à engager.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11