La Liberté

L'anglais plutôt qu'une deuxième langue nationale pour les employés de commerce?

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
L’anglais à la place d’une deuxième langue nationale? C’est ce qui pourrait arriver aux apprentis employés de commerce, si le nouveau plan d’études est adopté. © Keystone/photo-prétexte
L’anglais à la place d’une deuxième langue nationale? C’est ce qui pourrait arriver aux apprentis employés de commerce, si le nouveau plan d’études est adopté. © Keystone/photo-prétexte
Partager cet article sur:
28.06.2021

L’anglais pourrait supplanter la deuxième langue nationale chez les futurs employés de commerce

Pierre-André Sieber

Apprentissage » Mettre à jour une formation dont les fondements ont près de vingt ans n’est pas aisé. Baptisé «Employé-e-s de commerce 2022», le nouveau plan d’études de ce métier ultraprisé par les jeunes a dû être reporté d’un an tant les réactions suscitées sont vives, notamment du côté des banques, des compagnies d’assurances et des enseignants.

Un des points litigieux est ultrasensible: l’obligation d’apprendre désormais une langue étrangère et non plus nationale. Selon le Tages-Anzeiger, Guy Parmelin lui-même, patron du Département de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR), est intervenu pour proposer une nouvelle mouture plus en accord avec la cohésion nationale. Le résultat de la nouvelle consultation engagée sera donné ce

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00