La Liberté

L'UDC fait pression sur le PLR pour des assouplissements

Le président de l'UDC Marco Chiesa fait pression sur le PLR pour obtenir des assouplissements dans la crise du Covid-19. © Keystone
Le président de l'UDC Marco Chiesa fait pression sur le PLR pour obtenir des assouplissements dans la crise du Covid-19. © Keystone
Partager cet article sur:
11.04.2021

ATS

Pandémie » Le président de l'UDC Marco Chiesa fait pression sur le PLR pour obtenir des assouplissements dans la crise du Covid-19. Si les deux conseillers fédéraux PLR n'adoptent pas enfin une ligne politique claire, il y aura des conséquences aux élections fédérales en 2023. Et si le PLR continue de reculer dans l'électorat en raison de son «alignement constant sur la gauche», il devra compter avec la perte de son deuxième siège au gouvernement, a indiqué le Tessinois dans une vidéo diffusée dimanche sur Twitter. Deux représentants PLR au Conseil fédéral ne seraient arithmétiquement plus justifiés, selon lui.

 

 

Politiquement non plus. Le PLR ne représente en effet plus les positions qu'on attend de ce parti dans les dossiers comme la pandémie de coronavirus, l'accord-cadre avec l'UE, la loi sur le CO2 ou le pacte mondial sur les migrations de l'ONU, estime Marco Chiesa. L'UDC s'en tient toutefois à la concordance arithmétique, poursuit-il. Les quatre plus grands partis doivent être représentés au Conseil fédéral selon leur force électorale. Mais actuellement, le Tessinois ne voit aucune différence politique entre les Vert'libéraux qui seraient représentés au Conseil fédéral et un représentant PLR systématiquement orienté sur les revendications de la gauche.

Indicateurs favorables

Le président de l'UDC justifie ses demandes d'assouplissements au vu des principaux indicateurs plutôt favorables, tels l'absence de pénurie de personnel qualifié dans les hôpitaux, l'occupation des lits en soins intensifs ou le nombre de décès. Malgré une «débâcle» en matière d'approvisionnement en vaccins, la plupart des groupes vulnérables sont désormais vaccinés. Il n'est donc plus justifiable que des secteurs entiers de l'économie et une large frange de la population continuent d'être victimes de mesures disproportionnées.

PLR piqué au vif

Le PLR a répliqué sans tarder sur Twitter sous la forme d'un «cours de civisme gratuit»: «Ce n'est pas l'UDC qui décide de ce qu'est une politique de droite», indique le parti bourgeois.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00