La Liberté

La burqa à l’ère du masque

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Quelle influence auront la situation sanitaire et l’obligation de porter le masque dans certains lieux publics sur la campagne? «Je ne peux pas en juger», répond Karin Keller-Sutter. © Keystone
Quelle influence auront la situation sanitaire et l’obligation de porter le masque dans certains lieux publics sur la campagne? «Je ne peux pas en juger», répond Karin Keller-Sutter. © Keystone
Partager cet article sur:
19.01.2021

La votation sur l’interdiction de se dissimuler le visage tombe comme un paradoxe en pleine crise sanitaire, alors que les masques ont envahi l’espace public. Karin Keller-Sutter a lancé ce mardi la campagne du «non»

Philippe Castella

Politique » La scène était un brin cocasse ce mardi: couverte d’un élégant masque en tissu noir moucheté de formes géométriques, Karin Keller-Sutter est venue lancer devant les médias la campagne du non à l’initiative antiburqa, qui vise une interdiction de se dissimuler le visage en public. Impossible d’esquiver ce paradoxe: «Il y a un an, il était encore inimaginable pour nous qu’à cause de la crise du coronavirus, on doive aujourd’hui tous porter un masque», a déclaré la conseillère fédérale en ouverture. «Je ne m’y suis toujours pas habituée», a-t-elle confessé. «Quand on se rencontre, on doit pouvoir voir le visage de l’autre, car on peut y lire beaucoup de choses.»

Voir le visage de l’autre comme fondement des relations humaines dans nos sociét&ea

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00