La Liberté

La formation des paysans à renforcer

Pour les jeunes agriculteurs en formation, les exigences liées au versement des paiements directs pourraient être renforcées. © Keystone-archives
Pour les jeunes agriculteurs en formation, les exigences liées au versement des paiements directs pourraient être renforcées. © Keystone-archives
24.04.2019

L’apprentissage pourrait être porté de trois à quatre ans dans une profession qui s’est complexifiée

Philippe Castella

Agriculture » Markus Ritter (pdc, SG) a poussé un coup de gueule hier à la Une du Blick: il n’est pas question de revoir les exigences à la hausse en matière de formation pour avoir droit aux paiements directs, estime le président de l’Union suisse des paysans (USP).

Aujourd’hui, un CFC (trois ans d’apprentissage) suffit. Le Conseil fédéral voudrait exiger un brevet (deux ans supplémentaires) de tous les nouveaux exploitants. La question fait l’objet d’un tout petit paragraphe dans un rapport de 170 pages sur la politique agricole après 2022 (PA 22+). Mais elle agite le monde agricole.

«C’est une provocation»

«C’est une provocation», estime Francis Egger, responsable de la formation au sein de l’USP et ancien directeur de l’école d’agriculture de Grangeneuve (FR). «Il est totalement illusoire d’exiger un niveau aussi élevé de formation pour tenir une exploitation.» Sur les 1200 jeunes qui décrochent chaque année un CFC d’agriculteur en Suisse, ils ne sont qu’environ 250

Articles les plus lus
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00