La Liberté

La précarité des chercheurs dénoncée

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
La relève scientifique universitaire pourrait venir à manquer si les choses ne changent pas. © Keystone- photo pretexte
La relève scientifique universitaire pourrait venir à manquer si les choses ne changent pas. © Keystone- photo pretexte
Partager cet article sur:
22.12.2020

La relève scientifique universitaire en a assez des contrats à durée déterminée et a lancé une pétition

Sevan Pearson

Hautes Ecoles » Caroline*, la quarantaine, employée dans le domaine de la culture après un long chômage et une reconversion professionnelle difficile, pensait faire une carrière académique. Elle a jeté l’éponge, elle qui avait été maître assistante à la Faculté des lettres à l'Université de Genève pendant dix ans (dont deux en tant que boursière). Or ce type de poste est à durée déterminée. Arrivée à l’échéance de son contrat après quelques mois sans renouvellement possible, elle a obtenu une suppléance de chargée de cours.

«Ce nouveau poste à durée déterminée ne me permettait pas de vivre. J’ai donc dû m’inscrire au chômage, afin de compléter mes revenus», témoigne la Genevoise. Cette p&eac

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00