La Liberté

La propagation du Covid-19 ralentit

Même si la propagation du coronavirus donne des signes de ralentissement, Daniel Koch invite les Suisses à poursuivre leurs efforts. © Keystone
Même si la propagation du coronavirus donne des signes de ralentissement, Daniel Koch invite les Suisses à poursuivre leurs efforts. © Keystone
Partager cet article sur:
11.04.2020

La barre des 1000 morts a été franchie vendredi en Suisse mais la propagation du virus ralentit légèrement

LIB/ATS

Selon les chiffres fournis samedi en fin d’après-midi (18h15) par le site corona-data.ch, qui agrège les données cantonales, la Suisse déplore désormais 1021 décès causés par la pandémie de Covid-19. Le cap des 25’000 tests positifs a aussi été dépassé, avec 25’016 cas confirmés.

Samedi matin, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui se base sur les chiffres de la veille, recensait quant à lui 831 décès sur 24900 cas confirmés. La tendance est à une légère diminution du nombre de cas de coronavirus par jour. Les Suisses ne doivent pas pour autant relâcher leurs efforts et rester à la maison, a plaidé une nouvelle fois Daniel Koch samedi.

Si la maladie touche le plus sévèrement les personnes âgées, le groupe d'âge de 65 à 75 ans doit également faire preuve d'une grande prudence, car ils peuvent également tomber gravement malade. Selon les données de l'OFSP, 8 à 10% des personnes de cette tranche d'âge qui ont été hospitalisées n'avaient pas de problème de comorbidité, a précisé M. Koch.

Résister

Les Suisses doivent donc «continuer de résister» mais pour l'instant, il n'y a pas un plan de sortie de crise tout tracé. Dans un premier temps, l'assouplissement des mesures devraient être fait de manière à minimiser les risques. Si une évolution négative devait alors survenir, il serait possible de revenir en arrière sans trop de dommage.

Le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) et l'OFSP sont en train d'élaborer des bases pour une stratégie de sortie de crise. Elles devraient être transmises au Conseil fédéral en vue de sa séance de jeudi prochain.

Interrogé sur le cas particulier des festivals d'été, Daniel Koch a dit, sans citer de noms, que les domaines où les risques de propagation du coronavirus sont élevés ne pourront vraisemblablement être rouverts qu'en derniers.

L'armée va adapter son engagement

L'armée va aussi revoir son dispositif à la baisse en proposant des mesures la semaine prochaine. Certains soldats pourront partir en congé dès mardi, mais pas plus de cinq à la fois.

«Ils attendent leur congé avec impatience, a dit Raynald Droz, chef d'état-major du commandement des opérations au Département fédéral de la défense. Une partie d'entre eux sont engagés depuis quatre semaines sans être rentrés à la maison».

«Nous cherchons maintenant le point d'équilibre. La situation a l'air d'être sous contrôle, mais il ne faut pas se réjouir trop vite. Nous devons rester en veille au cas où il nous faudrait revenir.» Les 5000 hommes, dont certains en réserve, sont actuellement engagés dans 50 hôpitaux dans tout le pays.

Montagnes russes

Du côté de l'économie, les craintes du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) pour l'économie helvétique sont déjà dépassées. Le recul de 1,5% du Produit intérieur brut évoqué au début de la crise du coronavirus a déjà été atteint, a déclaré samedi Erich Scheidegger devant la presse.

Lorsqu'il avait établi ses premières prévisions, le 19 mars, le Seco s'attendait à un recul de la production de 10%. Or, celle-ci a chuté de 25%, a souligné le directeur de la politique économique du Seco. Le recul va même jusqu'à 80% dans certaines branches particulièrement sinistrées, comme la gastronomie.

Lire aussi » Guy Parmelin: «C’est la santé qui prime»

Le Seco prévoit désormais deux scénarios. Le premier, en «V», prévoit une chute brutale du PIB au premier semestre et une remontée rapide au second semestre de l'année. Dans un tel cas de figure, le PIB reculerait de 7%, ce qui n'avait plus été observé depuis la crise pétrolière en 1974, a expliqué M. Scheidegger.

Le second scénario, en «L», ne prévoit qu'une remontée très lente du PIB au second semestre et l'année prochaine. Dans ce cas, le PIB chuterait de 10%. Dans le premier cas, le chômage augmenterait de 4%, dans le second la hausse pourrait aller jusqu'à 7%, a noté M. Scheidegger.

Le responsable a précisé qu'il ne s'agissait pas de «prévisions», mais bien de «scénarios». De nouvelles estimations de croissance seront effectuées la seconde moitié d'avril.

Nouvelles idées

Enfin, pour rendre visible les initiatives privées et publiques de lutte contre le coronavirus, l'organisation Staatslabor va mettre en place une plateforme d'informations et d'échanges avec l'administration publique. Sous www.covid19-societecivile.ch, elle servira de pont et de point de contact également avec des experts, a expliqué Alenka Bonnard, codirectrice de l'organisation.

Ainsi, si quelqu'un développe un système qui permet de savoir en temps réel combien de lits sont disponibles dans les hôpitaux de Suisse, cela permettrait de pouvoir répartir de manière plus efficace les patients qui ont besoin de soins intensifs. La plateforme pourrait faire connaître ce genre de nouvel outil.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00