La Liberté

La Suisse a su trouver «un équilibre»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Hormis les quatorze morts, quinze parlementaires du Grand Conseil zougois ont été blessés par les balles d’un forcené, le 27 septembre 2001. © Keystone
Hormis les quatorze morts, quinze parlementaires du Grand Conseil zougois ont été blessés par les balles d’un forcené, le 27 septembre 2001. © Keystone
La Suisse a su trouver «un équilibre»
La Suisse a su trouver «un équilibre»
Partager cet article sur:
25.09.2021

Vingt ans après la tuerie de Zoug, la proximité entre population et politiques est demeurée, malgré les mesures de sécurité

Ariane Gigon, Zurich

Anniversaire » Les Zougois se retrouveront lundi soir, avec le président de la Confédération Guy Parmelin, pour rendre hommage aux quatorze victimes du forcené qui, le 27 septembre 2001, était entré, déguisé en policier, dans le bâtiment du Grand Conseil et avait ouvert le feu autour de lui. Des mesures de sécurité ont par la suite été mises en place pour contrôler l’accès aux bâtiments publics. Mais «un équilibre a été trouvé» pour que le contact entre la population et les autorités demeure. C’est en tout cas la conviction de nombreuses personnalités.

Certains ne veulent plus raconter, surtout en période de commémoration, et renvoient au film L’attentat de Zoug (lire ci-contre). L’ancien conseiller d’Etat Hanspeter Uster, qui a été ministre cantona

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00