La Liberté

«La violence familiale n’a pas de sexe»

Lorsqu’il y a de l’orage au sein du couple, la femme n’est pas la seule à en souffrir, estiment les organisations paternelles. © Fotolia
Lorsqu’il y a de l’orage au sein du couple, la femme n’est pas la seule à en souffrir, estiment les organisations paternelles. © Fotolia
31.05.2017

Le National devrait adopter une convention prévenant la violence faite aux femmes. Certains l’estiment sexiste

Christine Wuillemin

Droits de l’homme »   Prévenir, poursuivre pénalement et éliminer toute forme de violence à l’égard des femmes. Protéger les victimes. Bannir la discrimination féminine et promouvoir l’égalité des sexes. Le tout selon des normes communes à tous les pays européens. A priori, les objectifs de la Convention dite d’Istanbul, majoritairement satisfaits par le droit suisse, sont à saluer.

Pourtant, certains l’accusent de péjorer la protection des hommes face à la violence conjugale. Deux associations ont pris position contre la ratification du texte. Ayant reçu l’aval de la Chambre haute en février, la Convention n’attend plus que le feu vert du Conseil national, qui se prononcera aujourd’hui.

Une formalité, à en juger par le large soutien dont elle bénéficie, notamment au sein de la Commission des affaires juridiques du National. Une minorité de droite s’y était bien opposée, mais plus parce qu’elle le voit comme un «carcan excessif et superflu» qu’en raison de son caractère

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00