La Liberté

Le dépistage de la trisomie 21 sera bel et bien autorisé

Partager cet article sur:
09.09.2014

Fécondation in vitro • Le Sénat assouplit à son tour les conditions du diagnostic préimplantatoire. Le nombre d’embryons utilisables divise.

Christiane Imsand

La banalisation de la fécondation in vitro a entraîné de nouvelles questions. Faut-il protéger les embryons contre une dérive eugéniste? Le parlement se montre plus permissif que le Conseil fédéral qui voulait limiter l’autorisation du diagnostic préimplantatoire (DPI) aux couples porteurs d’une maladie héréditaire grave. Le Conseil des Etats, qui examinait hier le projet en seconde lecture, a franchi le Rubicon. Il s’est rallié par 27 voix contre 18 à la position du Conseil national qui avait étendu l’autorisation du DPI aux anomalies chromosomiques comme la trisomie 21. Cela porte le cercle des bénéficiaires potentiels d’une centaine à un millier de cas par année.

Le plénum s’est aussi rapproché de la position du National en ce qui concerne le nombre d’embryons pouvant être dévelo

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00