La Liberté

Le fabricant du jet montre patte blanche

L’Américain Lockheed Martin assure avoir mis son système en conformité avec la souveraineté des données. © Keystone
L’Américain Lockheed Martin assure avoir mis son système en conformité avec la souveraineté des données. © Keystone
11.09.2019

Le F-35, candidat pour devenir avion de chasse de l’armée, envoyait des données à son constructeur. Des armées clientes ont requis un filtre

Philippe Boeglin

Armée » Le F-35A est parfois décrit comme la Rolls-Royce des avions de combat. Produit par l’Américain Lockheed Martin, il se porte candidat en Suisse pour devenir le futur jet de l’armée, dans le cadre du projet Air2030 devisé à 6 milliards de francs. Ses partisans mettent en avant ses diverses technologies de pointe. Parmi elles, le système Autonomic Logistics Information System (ALIS) doit permettre une approche novatrice de l’entretien et de la fourniture en pièces de rechange, afin d’anticiper les problèmes et de les régler plus efficacement (voir ci-dessous). Pour ce faire, des données de l’appareil sont envoyées au constructeur.

Le procédé est également appliqué par d’autres avionneurs. Mais, dans le cas du F-35, certains Etats clients ont souhaité l’année dernière obtenir plus de contrôle sur ce qui était transmis. Autrement dit, envoyer moins d’informations au constructeur et trier ce qui est transféré. Trop, c’est trop.

L’avionneur américain Lockheed Martin c

Articles les plus lus
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00