La Liberté

Les moutons face au loup

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Un chien loup de Maremme et des Abruzzes garde un troupeau de moutons sur les hauteurs de Morgins en Valais. © Keystone
Un chien loup de Maremme et des Abruzzes garde un troupeau de moutons sur les hauteurs de Morgins en Valais. © Keystone
Partager cet article sur:
17.09.2020

Les troupeaux sur les pâturages d’altitude sont-ils mieux protégés par la présence de bergers, de chiens et de clôtures, ou par le tir de davantage de prédateurs?

Romain Carrupt

Votation » «Le loup est un animal très malin qui se sent hyperprotégé. Les mesures de protection à son encontre sont saturées. Si on ne change rien, de plus en plus de collègues vont tout arrêter.» La cohabitation avec le loup est toujours aussi difficile en Valais pour des éleveurs comme Olivier Sarrasin, à Orsières. Le prédateur a jusqu’ici tué 200 des 40 000 moutons et chèvres alpés cet été en Valais. Selon l’Etat du Valais, «le canton a perdu 30 alpages à moutons en dix ans. L’année prochaine, dix autres ne seront plus exploités en raison de la pression du loup.» Mais aussi d’une protection des troupeaux perfectible? Enquête.

1. Loups et victimes

Premier constat chiffré: les loups sont toujours plus présents en Suisse. En 2019, la fondation Kora, chargée d

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00