La Liberté

Moins de huit jours? C’est possible

Les cantons manquent de moyens pour appuyer le travail des contrôleurs. © Keystone-archives
Les cantons manquent de moyens pour appuyer le travail des contrôleurs. © Keystone-archives
11.08.2018

Les cantons pourraient contrôler plus vite les travailleurs européens. Mais Berne devrait relever son soutien

Philippe Boeglin

Suisse-Europe » Encore méconnue il y a peu, la «règle des huit jours» a atteint une sacrée notoriété. Et pour cause, puisque cette protection contre la sous-enchère salariale enflamme le débat européen.

S’estimant discriminée, l’Union européenne tient à raccourcir le délai: elle juge exagéré que les entreprises européennes doivent s’annoncer en Suisse huit jours avant leurs travaux, ceci pour permettre aux cantons de préparer un contrôle. Mais les syndicats helvétiques n’épousent pas les vues de Bruxelles, loin de là. Comme ils l’ont vigoureusement rappelé mercredi dernier, ils excluent de raccourcir ce laps de temps: la qualité des inspections en pâtirait et les abus augmenteraient.

Ne peut-on vraiment pas faire autrement? Ne peut-on pas réduire cette

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00