La Liberté

Multinationales responsables: le PDC contredit ses propres experts

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
La majorité du PDC a préféré le contre-projet léger, qui n’impose aux multinationales basées en Suisse qu’un devoir de diligence et la publication de rapports concernant les minerais de conflit et le travail des enfants. © Keystone
La majorité du PDC a préféré le contre-projet léger, qui n’impose aux multinationales basées en Suisse qu’un devoir de diligence et la publication de rapports concernant les minerais de conflit et le travail des enfants. © Keystone
Partager cet article sur:
11.06.2020

Une commission interne voulait le contre-projet «dur» sur les multinationales responsables. En vain

Philippe Boeglin

Multinationales » Inexorablement, les voix démocrates-chrétiennes ont glissé. Au fil des mois et des débats au Parlement, elles ont délaissé le contre-projet «dur» à l’initiative pour des multinationales responsables, ce texte qui veut punir les délits commis à l’étranger contre les droits humains et environnementaux. La majorité des élus PDC s’est peu à peu ralliée à l’autre contre-projet, bien plus «léger». De quoi faire définitivement pencher la balance en faveur de la solution moins contraignante pour l’économie. 

L’évolution du Parti démocrate-chrétien, le parti du centre, peut étonner. Non seulement parce que le contre-projet «dur» était soutenu par de nombreuses organisations économiques et entreprises, et qu&rsquo

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00