La Liberté

Nanomatériaux, les doutes subsistent

A l’Université de Fribourg, l’Institut Adolphe Merkle, spécialisé dans les nanotechnologies, est l’un des participants au programme de recherche 
du Fonds national suisse. © Charles Ellena-archives
A l’Université de Fribourg, l’Institut Adolphe Merkle, spécialisé dans les nanotechnologies, est l’un des participants au programme de recherche 
du Fonds national suisse. © Charles Ellena-archives
07.04.2017

Les résultats d’un programme de recherche chapeauté par le Fonds national suisse étaient publiés hier

Sandrine hOCHSTRASSER

Recherche »   Cachées dans les M & M’s, le ketchup, les crèmes cosmétiques ou les habits. Les nanoparticules se retrouvent dans plus de 1500 produits. Le point commun de toutes ces substances aux formes diverses? Leur taille, mille fois plus petite que l’épaisseur d’un cheveu, si minuscule qu’elles peuvent traverser les cellules et les tissus biologiques. Autre point commun: l’inquiétude que leur utilisation industrielle – si peu documentée – génère au sein de la population.

Les autorités helvétiques ont voulu en savoir davantage. Sous l’égide du Fonds national suisse, 23 projets de recherche ont été menés durant cinq ans dans plusieurs instituts du pays pour arriver à détecter et évaluer les «risques et les opportunités» de ces nanomatériaux synthétiques. Les conclusions de ce programme (PNR 64), devisé à12 millions de francs, étaient présentées hier à Berne.

Pas de problème grave

Le bilan se veut optimiste mais prudent: les «propriétés uniques» de ces nanomatériaux offr

Articles les plus lus
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00