La Liberté

On n’éduque pas avec des coups

Une motion de la conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet demande d’interdire les châtiments corporels infligés aux enfants. © Fotolia / photo prétexte
Une motion de la conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet demande d’interdire les châtiments corporels infligés aux enfants. © Fotolia / photo prétexte
«Ces actes agressifs sont inefficaces sur le plan moral, éducatif et pédagogique» Géraldine Marchand-Balet © KEYSTONE
«Ces actes agressifs sont inefficaces sur le plan moral, éducatif et pédagogique» Géraldine Marchand-Balet © KEYSTONE
25.07.2018

La conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet relance le débat sur la gifle. Motion à Berne.

Christiane Imsand

Il y a des enfants qui ont l’art de pousser leurs parents à bout. Le ton monte, si bien que la confrontation se termine parfois par une gifle ou une fessée. Légitime? Excusable? Inacceptable? La question divise sur les forums sociaux. Pour les uns, c’est une façon de rappeler aux enfants qu’il y a des limites à ne pas franchir, pour les autres c’est un abus de pouvoir car le rapport de force entre un enfant et un adulte est déséquilibré. La conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet (pdc, VS) a fait son choix. Elle affirme dans une motion déposée en juin qu’il est temps d’inscrire explicitement dans le Code civil l’interdiction des châtiments corporels infligés aux enfants.

«Mon but est de protéger les enfants, pas de criminaliser les parents qui auraient donné une gifle ou une fessée à leur rejeton

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00