La Liberté

Quand les Italiens tannent Bruxelles

Des œuvres d’entraide pointent le doigt sur les conditions de travail précaires dans l’industrie de la tannerie en Italie.  © Timo Kollbrunner/Public Eye
Des œuvres d’entraide pointent le doigt sur les conditions de travail précaires dans l’industrie de la tannerie en Italie. © Timo Kollbrunner/Public Eye


21.04.2017

L’ONG suisse Public Eye dénonce des pressions sur une enquête concernant les ouvriers des tanneries

Pierre-André Sieber

Filière du cuir » En acceptant de financer «Change your shoes», un vaste projet d’enquêtes mené par une coalition d’organisations non gouvernementales (ONG) sur les filières mondiales du cuir et de la chaussure, elle ne s’attendait pas à une telle affaire. Elle, c’est la direction générale de la collaboration internationale et du développement de la Commission européenne (DG Devco) installée à Bruxelles. A la suite de révélations sur les conditions de travail en Italie, elle a dû faire face au courroux de l’UNIC, l’organisation faîtière des tanneries de la Péninsule. C’est ce que révèle l’ONG suisse Public Eye.

Tout commence en Toscane, l’une des trois plus grandes régions dévolues à l’art de la tannerie en Italie. Avec son équipe, Francesco

La lecture de cet article requiert un accès numérique

Lire cet article

et accéder à l'ensemble du site de La Liberté :

CHF 2.70

Valable 24 heures pour l'ePaper,
tous les articles,
les archives depuis 2006

Je suis déjà abonné à La Liberté en version numérique

Connexion sur mon compte
Mot de passe oublié ?
Découvrez nos offres
Offres abonnements La Liberté

Accéder en tout temps à nos contenus numérique grâce aux abonnements Premium (papier + numérique) et Numériques

Premium
Découverte dès
Fr. 19.00/mois
Numérique
Découverte dès
Fr. 13.00/mois
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00