La Liberté

Renforcer le transfert de la route au rail

Partager cet article sur:
Publié le 26.11.2021

Marchandises » La Suisse n’a pas encore atteint ses buts pour désengorger les Alpes. De nouvelles mesures sont prises.

Les camions sont toujours moins nombreux à traverser les Alpes par la route. Mais la Suisse n’a pas encore atteint ses objectifs. Le Conseil fédéral a donc décidé de renforcer le transfert du trafic de marchandises vers le rail.

La nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA) et la réforme des chemins de fer ont permis de renforcer le rail, a rappelé hier la ministre des Transports Simonetta Sommaruga. Le rail représente presque 75% du marché. C’est un nouveau record.

La Suisse n’a toutefois pas encore atteint ses buts en matière de transfert de la route au rail. L’an dernier, 860 000 poids lourds ont arpenté les routes suisses. C’est un tiers de moins qu’en 2000. Ils étaient alors plus de 1,4 million. La limite maximale des 650 000 courses transalpines est encore loin.

Même si elle n’a eu de cesse de baisser, la pollution atmosphérique est également encore trop élevée dans l’espace alpin. Le fret routier lourd continue de représenter une part importante des émissions de substances polluantes, en particulier les oxydes d’azote et la suie. Et le bruit du fret routier reste trop élevé, notamment au petit matin entre 5 et 6 heures

Les mesures actuelles ne permettent pas d’atteindre les objectifs. Un nouveau paquet a donc été élaboré. La redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations doit être perfectionnée. Un projet en ce sens doit être élaboré d’ici début 2023.

Jusqu’à présent, la redevance était orientée sur les normes euro relatives aux gaz d’échappement, Il faut maintenant aussi prendre en compte les émissions de CO2 des véhicules. La durée de l’exemption de la redevance pour les véhicules plus verts doit être clarifiée.

«Les technologies sont déjà là. Il existe des camions électriques ou à hydrogène, disposant d’une autonomie considérable», a pointé la ministre.

La prolongation de l’exemption est aussi une incitation, a-t-elle poursuivi. Au moment d’acheter de nouveaux poids lourds, les entreprises prendront en compte certes le prix plus élevé des camions décarbonisés, mais aussi l’exemption de la redevance. «Une fois les comptes totaux effectués, elles réaliseront rapidement qu’elles rouleront moins cher avec des véhicules décarbonisés.»

Plus de 25 ans après l’acception de l’Initiative des Alpes, le Conseil fédéral n’a pas encore rempli le mandat transmis par le peuple, a regretté le comité d’initiative. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00