La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Salaire minimum: un socle à inscrire dans la loi

Alors qu’une initiative se prépare en Valais, cinq cantons ont déjà un salaire minimum

La mise en œuvre du salaire minimal se passe en douceur dans la plupart des cas. © Keystone-archives
La mise en œuvre du salaire minimal se passe en douceur dans la plupart des cas. © Keystone-archives

Ariane Gigon

Publié le 21.10.2021

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Précarité » Bientôt une 6e initiative populaire cantonale pour un salaire minimum? C’est ce que souhaite le Parti ouvrier populaire (POP) valaisan, qui a lancé hier un appel à partenaires. Dans les cantons où un plancher salarial existe déjà – Neuchâtel, Jura et Genève – la mise en œuvre semble s’être faite «naturellement». Bâle-Ville prépare l’entrée en vigueur pour 2022. Ombre au tableau, aux yeux des syndicats: le Tessin, où des entreprises tentent de contourner la loi qui doit devenir effective le 1er décembre.

«Le dernier Prix Nobel d’économie a été récompensé pour avoir montré que le salaire minimal n’augmente pas le chômage!», se réjouit Serge Gnos, porte-parole du syndicat Unia. Il fait allusion à l’Américai

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00