La Liberté

Suspects radicalisés tenus à l’œil

Karin Keller-Sutter a repris la grande majorité du projet de Simonetta Sommaruga. © Keystone
Karin Keller-Sutter a repris la grande majorité du projet de Simonetta Sommaruga. © Keystone
23.05.2019

Le Conseil fédéral veut autoriser la police à davantage contrôler les individus soupçonnés de terrorisme

Philippe Boeglin

Sécurité » Le terrorisme demeure une menace, et le Conseil fédéral continue d’agir à son encontre. Hier à Berne, la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter (plr) a proposé de nouvelles mesures. Celles-ci seraient utilisables par la police lorsque des individus sont jugés dangereux, mais que les indices ne suffisent pas pour ouvrir une procédure pénale. Certaines contraintes pourraient même être imposées dès l’âge de 12 ans.

«Il y a des jeunes radicalisés très très tôt», justifie Nicoletta della Valle, directrice de l’Office fédéral de la police (Fedpol). «Il faudra faire attention à ne pas tomber dans l’arbitraire», prévient le conseiller aux Etats Olivier Français (plr, VD), de la commission de sécurité, «globalement favorable au projet».

Quelques dizaines de cas

On estime les individus potentiellement visés à quelques dizaines. Dans son message transmis au parlement, le Conseil fédéral prévoit plusieurs outils: l’obligation de se présenter à un poste de police ou à

Articles les plus lus
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00