La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Un excès dans la provocation

Polémique • Le détournement du drapeau suisse en croix gammée, relayé par le PBD Martin Landolt, est jugé contreproductif par les adversaires de l’initiative sur le renvoi.

En tweetant l’image d’une croix suisse «défigurée» en symbole nazi, Martin Landolt ne s’attendait pas à susciter pareille polémique. © KEYSTONE/PHOTOMONTAGE V. RÉGIDOR
En tweetant l’image d’une croix suisse «défigurée» en symbole nazi, Martin Landolt ne s’attendait pas à susciter pareille polémique. © KEYSTONE/PHOTOMONTAGE V. RÉGIDOR

Christiane Imsand

Publié le 17.02.2016

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Le président du PBD Martin Landolt ne s’attendait pas à autant de réactions quand il a relayé sur Twitter l’image d’un drapeau suisse détourné en croix gammée afin d’illustrer son opposition à l’initiative de l’UDC sur le renvoi des criminels étrangers. La provocation n’a pas atteint l’objectif souhaité. Au lieu de susciter une discussion critique sur l’initiative, elle a provoqué un débat sur les méthodes de communication politique. Et là, de l’avis général, un pas de trop a été franchi. L’affaire a même conduit la Vaudoise Christine Bussat, fondatrice de l’association suisse Marche blanche et candidate malheureuse aux élections fédérales, à quitter le PBD avec effet immédiat.

La pente est glissante

Martin Landolt n’est pas l&rs

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11