La Liberté

Un «signal» contre le loup

Partager cet article sur:
Publié le 29.11.2021

Valais » Même si elle est inapplicable, les Valaisans plébiscitent l’initiative contre les grands prédateurs.

Le Valais a largement accepté hier l’initiative «pour un canton sans grands prédateurs» qui ne peut être appliquée en l’état. Il a suivi à une majorité de 62,67% le gouvernement qui soutient cette modification de la Constitution pour envoyer un «signal» à Berne.

Sans surprise, la population qui avait déjà plébiscité la révision de la loi sur la chasse l’an passé alors qu’elle était refusée par les Suisses, a accepté ce texte par 87 088 oui contre 51 875 non.

La Constitution valaisanne comportera un article 14bis ayant la teneur suivante: «L’Etat édicte des prescriptions relatives à la protection contre les grands prédateurs ainsi qu’à la limitation et à la régulation de leur effectif. La promotion de la population des grands prédateurs est interdite.»

Durant la campagne, tant les opposants au texte que ses partisans ainsi que le Conseil d’Etat avaient admis que l’acceptation de cette initiative ne changerait pas fondamentalement les choses. Le texte n’était pas applicable en l’état puisque la gestion de la population de loups est l’apanage de la Confédération.

Selon les partisans du texte, l’acceptation de cette initiative permet désormais au canton «d’augmenter les moyens juridiques et les ressources humaines» dédiées au dossier, légitimant ses actions et lui donnant «toute la marge de manœuvre à sa disposition» pour limiter et réguler le loup.

Sans être définie, la liste des grands prédateurs englobe les loups, lynx, ours et chacals dorés, «rien d’autre», ont promis les partisans. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00