La Liberté

Une PLR née dans un bastion PDC

Karin Keller-Sutter, benjamine de la famille: «Je devais toujours avoir de bons arguments pour convaincre mes trois frères aînés.» © Keystone
Karin Keller-Sutter, benjamine de la famille: «Je devais toujours avoir de bons arguments pour convaincre mes trois frères aînés.» © Keystone
11.10.2018

La favorite de la course à la succession de Johann Schneider-Ammann évoque son enfance et sa carrière. Elle analyse les conséquences du mouvement #MeToo, et dit son scepticisme quant à un accord institutionnel avec Bruxelles avant la fin de l’année

Michel Guillaume/Le Temps

Pour les uns, elle est «brillante et charismatique», pour les autres «distante et hautaine». Qui est donc Karin Keller-Sutter, dont beaucoup d’observateurs disent qu’elle est quasiment déjà élue au Conseil fédéral? Malgré un agenda très chargé, elle se livre.

Karin Keller-Sutter, vos parents tenaient un restaurant familial. Comment s’est déroulée votre enfance ?

J’étais la petite sœur avec trois frères aînés. Avec eux j’ai beaucoup appris et surtout je devais toujours avoir de bons arguments pour les convaincre.  

Petite fille, avez-vous rêvé de mariage ou d’une carrière professionnelle ?

Chez moi, l’image de la femme a été marquée par ma mère, qui a toujours travaillé. Sans elle, le restaurant n’aurait pas

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00