La Liberté

Voyage médical en Absurdistan

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Pour pouvoir communiquer avec son patient, le praticien doit bien parler sa langue. © Keystone-archives
Pour pouvoir communiquer avec son patient, le praticien doit bien parler sa langue. © Keystone-archives
Partager cet article sur:
29.07.2019

Les médecins suisses doivent prouver leurs compétences linguistiques au même titre que les étrangers

Christiane Imsand

Langues » Le médecin glaronais Ulrich Nägeli a trouvé la formule qui fait mouche pour qualifier ses démêlés avec la bureaucratie. Il évoque une «querelle linguistique en Absurdistan». Appelé à faire un remplacement de dix jours au Tessin en 2018, il raconte dans le Bulletin des médecins suisses comment il a sué sang et eau pour faire reconnaître ses compétences linguistiques en italien alors qu’il a travaillé plusieurs années au Tessin par le passé et en maîtrise l’idiome.

Mais voilà, il ne dispose pas d’un diplôme de langue de niveau B2, ce qui est l’une des conditions requises pour exercer dans une autre région linguistique que la sienne depuis l’entrée en vigueur de la loi sur les professions médicales, le 1er janvier 2018. Le monde médical suisse est fâché

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00