La Liberté

Zoug étudie la suppression du français

Publié le 01.09.2017

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Ecole primaire »   Un projet «minoritaire» de suppression du français en vue à Zoug.

Après la Thurgovie, Zoug va à son tour plancher sur la possibilité de supprimer l’enseignement du français à l’école primaire. Le législatif a chargé l’exécutif de lui soumettre un projet en ce sens, même si une majorité de députés s’y est opposée.

A Zoug, le rejet d’une motion nécessite la majorité des deux tiers. Les 40 députés qui ont refusé hier le texte de l’UDC et du PLR n’ont donc pas suffi face aux 34 qui l’ont soutenu. Cette répartition des forces montre toutefois que le projet aura de la peine à passer, lorsque le Conseil d’Etat zougois le soumettra au parlement.

Au nom des motionnaires, un député de l’UDC a souligné que les élèves de l’école primaire n’avaient «pas envie d’apprendre le français» et font donc peu de progrès dans cette branche. Il a proposé que l’on fasse du français une branche facultative.

Responsable de la formation au sein de l’exécutif du chef-lieu, une représentante des Verts a répliqué en plaidant pour une Suisse ouverte et multilingue: «il n’est quand même pas possible que nous en venions à devoir parler anglais avec les Romands!» Et de rappeler qu’en 2006, les Zougois ont soutenu en votation l’enseignement de deux langues étrangères à l’école primaire.

Une députée du PDC a mis en garde face au risque d’isoler le canton sur le plan de l’enseignement des langues. Zoug risque aussi de perdre en attractivité et un changement de système en la matière serait, en outre, très coûteux.

Les députés de l’UDC et une courte majorité du PLR ont soutenu la motion. Quelques députés du PDC et du PS ont, certes, aussi voté «oui». Ces derniers soutiennent toutefois souvent les motions en tous genres par principe, afin que le sujet soit débattu de manière approfondie. Leur vote ne signifie pas forcément un soutien de leur part à la suppression de l’enseignement du français à l’école primaire.

L’exécutif a un an pour présenter un projet. Dans le canton de Zoug, comme dans la majorité des cantons alémaniques, le français est enseigné dès la 5e année primaire. L’anglais est enseigné dès la 3e année. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Un nouveau plaidoyer contre le F-35

    Le conseiller national socialiste Pierre-Alain Fridez sort un livre sur l’achat des avions de combat américains
  • pictogramme abonné La Liberté Ueli Maurer en Inde

    Finances, Berne, Edelweiss, Montreux, GRisons, Tessin » Le conseiller fédéral Ueli Maurer a rencontré hier à New Delhi son homologue indienne. Ils ont abordé...
  • Aucun blessé n’est arrivé d’Ukraine

    Guerre » La Suisse attend des clarifications avant d’accueillir des enfants ukrainiens pour des soins. Des enfants ukrainiens doivent recevoir une aide...
  • Mieux défrayer les paysans

    Coûts » En raison notamment de la guerre en Ukraine, les paysans suisses doivent faire face à des coûts de production supplémentaires. Les milieux concernés...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11